Manger moins pour rester jeune d’esprit ?

06 février 2012

La restriction calorique retarde la sénescence cérébrale et prévient la neurodégénérescence, mais les mécanismes sont encore inconnus. Le gène CREB activé par la restriction calorique, influence « l’âge fonctionnel » du cerveau. C’est la seconde étude qui démontre que consommer moins de calories peut retarder le vieillissement : des chercheurs suédois ont identifié une enzyme, la péroxiredoxine, stimulée par la restriction de sucre et de protéines. En activant le gène CREB1, les scientifiques espèrent pouvoir prolonger la jeunesse du cerveau.

Le métabolisme énergétique participe à l'adaptation du cerveau à la restriction des nutriments, et est potentiellement pertinente pour le vieillissement du cerveau, accéléré par la suralimentation et le diabète.

En restreignant l’alimentation, on accroît la performance cognitive et la mémoire. En outre, on réduit aussi le risque lié de maladie d'Alzheimer ou on réduit au moins les symptômes de la maladie.

Salvatore Fuscoa, Cristian Ripolib, Maria Vittoria Poddab, Sofia Chiatamone Ranieria,1, Lucia Leoneb, Gabriele Toiettac, Michael W. McBurneyd, Günther Schütze, Antonella Ricciof, Claudio Grassib, Tommaso Galeottia, and Giovambattista Pania,

PNAS 2011 ; published ahead of print December 21, 2011

Mon compte

Entrez votre identifiant et votre mot de passe pour télécharger les dossiers scientifiques :

Mot de passe oublié ?

S'inscrire

Mots clés