Quartier piétonnier et santé

28 juin 2016

Le but de cette étude était d’analyser si le fait d’habiter dans un quartier piétonnier avait une influence sur le surpoids, l’obésité et le diabète.

Une équipe de chercheurs de l’Ontario a donc classé 8 777 quartiers, de « peu piétonnier » (indice : 1) à « très piétonnier » (indice : 5) et analysé les données de surpoids, d’obésité et de diabète entre 2001 et 2012.

Les résultats indiquent que les habitants des quartiers les plus piétonniers étaient moins touchés par les pathologies en question en 2001 que les quartiers qu’ils l’étaient moins. De plus, entre 2001 et 2012, la prévalence du surpoids et de l’obésité a augmenté dans les quartiers les moins piétonniers alors qu’elle n’a pas changé dans les quartiers les plus piétonniers.

En 2012, la prévalence du diabète avait baissé dans les quartiers les plus piétonniers, mais n’avait pas changé dans les autres quartiers.

Il a été montré que les individus des quartiers piétonniers font plus de marche, de vélo et utilisent moins leur voiture que les autres.

Association of Neighborhood Walkability With Change in Overweight, Obesity, and Diabetes

Maria I. Creatore, et al.

JAMA. 2016;315(20):2211-2220.

CreatoreM et collab. Association of Neighborhood Walkability With Change in Overweight, Obesity, and Diabetes.JAMA. 2016;315(20):2211-2220.

Mon compte

Entrez votre identifiant et votre mot de passe pour télécharger les dossiers scientifiques :

Mot de passe oublié ?

S'inscrire

Mots clés