Un étiquetage des aliments avec des codes couleurs et une meilleure mise en avant des produits sains favorisent de meilleurs choix alimentaires

27 février 2012

Les chercheurs tentent évaluer si une intervention en 2 phases (l’une sur l’étiquetage des produits et l’autre sur leur emplacement) permettait d'augmenter les ventes d'aliments et de boissons meilleures pour la santé dans une cafétéria de l'hôpital.

La phase 1 a été la mise en place d’un étiquetage avec codes couleur pendant 3 mois (rouge = malsain, jaune = moins sain, vert = bon pour la santé). La phase 2 a duré 3 mois supplémentaires et a consisté à augmenter la visibilité et la praticité de certains aliments verts. Nous avons comparé les changements relatifs des ventes au cours des trois mois du début de la phase 1 et de la phase 1 à la phase 2. Au départ (977 793 articles, dont 199 513 boissons), 24,9% des ventes étaient rouges et 42,2% étaient de couleur verte. Les ventes d'aliments rouges ont diminué dans les deux phases et celles des aliments verts ont augmenté dans la phase 1. Les plus grands changements sont survenus sur les boissons. Les boissons rouges ayant diminué de 16,5% durant la phase 1 et de 11,4% dans la phase 2. Les ventes de boissons vertes ont augmenté de 9,6% dans la phase 1, et encore augmenté de 4,0% dans la phase 2.

En conclusion, l'étiquetage des aliments selon des codes couleur améliore les ventes de produits sains et cet effet est renforcé par la mise en avant des produits sains sur les étals.

Anne N. Thorndike, MD, MPH, Lillian Sonnenberg, DSc, RD, Jason Riis, PhD, Susan Barraclough, MS, RD, LDN, and Douglas E. Levy, PhD

American Journal of Public Health. e-View Ahead of Print. doi: 10.2105/AJPH.2011.300391

Mon compte

Entrez votre identifiant et votre mot de passe pour télécharger les dossiers scientifiques :

Mot de passe oublié ?

S'inscrire

Rechercher