Cultures alimentaires: à la rencontre de nos orateurs…

rencontre-rencontresFLB-meeting

Les 10èmes Rencontres de la Fondation Louis Bonduelle se déroulent cette année à Montréal, dans le cadre unique du Bain Mathieu. Pour introduire le sujet des cultures alimentaires, la Fondation a fait appel aux regards croisés d’experts français et canadiens. Présentation.

La Fondation Louis Bonduelle a souhaité rassembler des experts canadiens et français, afin de débattre de l’évolution des cultures alimentaires et de l’impact qu’elles engendrent sur nos comportements au quotidien. Le choix de ce sujet fait écho aux modifications récentes ou en cours, des recommandations alimentaires au Canada et en France.

Leïa Mion: «Les cultures alimentaires dans le sud de la France, de l’Antiquité au début du Moyen-âge»

Lauréate du Prix de Recherche Louis Bonduelle en 2015, pour ses travaux centrés sur l’investigation des origines de l’alimentation méditerranéenne, Leïa Mion poursuit actuellement une thèse à l’Université d’Aix-Marseille en France, au sein du Laboratoire Méditerranéen de Préhistoire, Europe-Afrique. Son projet doctoral débuté en 2013 a, par le biais d’analyses isotopiques d’ossements humains, reconstitué le milieu d’origine des ressources alimentaires ingérées (mer, terre ou eau douce) et estimé la part de protéines animales dans l’alimentation d’individus de 12 sites différents du Languedoc et de la Provence.

Les résultats de ses travaux indiquent que, déjà à cette époque, on s’aperçoit que les choix alimentaires individuels sont le résultat de contraintes biologiques, socio-économiques et culturelles.

Christine Jourdan: «Le Québec à table: transformations et héritages alimentaires»

Professeur de sociologie et d’anthropologie à l’Université Concordia de Montréal, Christine Jourdan poursuit notamment des travaux sur:

  • les théories du changement culturel et social,
  • l’idéologie linguistique et l’évolution des pratiques alimentaires, au Québec et dans le Pacifique.

Sa présentation aborde les pratiques alimentaires contemporaines au Québec, et plus précisément leur transformation liée aux changements sociologiques et culturels de ces dernières décennies. Ses recherches montrent, par exemple, que l’assaisonnement, à lui seul, est un indice intéressant pour mesurer l’impact des vagues d’immigration successives sur la cuisine québécoise. Christine Jourdan commente également les changements observés dans la structure et le nombre de prises alimentaires quotidiennes, ainsi que leur planification et leur préparation.

Jean-Claude Moubarac: «Quelle valeur accorde-t-on à l’alimentaire dans nos sociétés modernes?»

Anthropologue et chercheur en nutrition publique, Jean-Claude Moubarac travaille à l’Université de Montréal et de São Paulo. Il s’intéresse aux systèmes alimentaires et au rôle de la cuisine et de l’impact de la transformation alimentaire sur la nutrition, la santé et la société. Il a récemment collaboré au développement du nouveau guide alimentaire brésilien.

Dans son allocution, il s’interroge sur la valeur accordée à l’alimentation dans nos sociétés modernes et notamment aux différences entre la France, le Canada et les États-Unis, qui ont une influence sur la santé. Dans ses recommandations, il propose un retour à la cuisine et une vision plus holistique de l’alimentation, qui revalorise la manière de s’alimenter.

Marie Josèphe Amiot-Carlin: «Promouvoir une nutrition positive et durable: le cas de la France»

Directrice de recherche au département Alimentation humaine de l’INRA et directrice adjointe de l’unité «Nutrition, obésité et risque thrombotique» de l’Université d’Aix-Marseille, Marie-Josèphe est une experte européenne sur les substances bioactives des végétaux. Elle concentre ses recherches sur:

  • les effets des micronutriments végétaux en prévention des facteurs cardio-métaboliques,
  • différents volets de “l’alimentation durable”.

Elle clôture ces regards croisés sur les cultures alimentaires et présente les évolutions en cours des recommandations alimentaires en France. Celles-ci prennent désormais en compte l’exposition aux substances à risque, ainsi que les habitudes alimentaires et préférences actuelles pour construire des recommandations réalistes, axées sur une nutrition positive et durable.

Une invitée surprise: la lauréate du Prix de Recherche 2017

La deuxième partie de la matinée est consacrée à la présentation d’actions menées ou soutenues par la Fondation Louis Bonduelle. Et le point d’orgue est la remise du Prix de Recherche Louis Bonduelle 2017 de 10.000 euros (15.107,45 CAD) à une jeune chercheuse, afin de l’aider à poursuivre ses travaux de thèse.

Le secret reste bien gardé… Alors, rejoignez-nous sur place ou suivez l’événement en streaming dès 8:45 (heure du Canada) le 13 juin 2017, en cliquant sur ce lien. Vous pouvez également participer à l’événement sur Twitter en suivant l’événement via #RencontresFLB