Économie circulaire: produire mieux avec moins

economie-circulaire-produire-mieux-avec-moins

Voir une ressource là où d’autres verraient un déchet. C’est le principe de l’économie circulaire, qui s’impose de plus en plus comme un modèle économique incontournable pour faire évoluer le secteur alimentaire vers des pratiques plus durables.

Depuis le début de l’ère industrielle, la production alimentaire est basée sur un modèle linéaire qui suit le principe «extraire – transformer – consommer – jeter». Ce modèle suppose un accès illimité aux ressources et des possibilités infinies de se débarrasser des déchets. Il n’est donc pas adapté dans le contexte actuel où l’humanité consomme les ressources naturelles plus vite que la terre n’est capable de les régénérer.

Créer de la valeur

Il est au contraire urgent d’optimiser l’utilisation des ressources et de réduire la production de déchets. En d’autres mots, de mettre de côté le modèle économique linéaire pour faire davantage de place à un modèle circulaire. Car l’économie circulaire suit une toute autre logique: il s’agit de «réduire, réutiliser et recycler».

Elle se base pour cela sur une approche systémique, qui prend en compte chaque étape de la vie d’un produit et des matériaux et ressources qu’il mobilise, mais également l’ensemble des acteurs impliqués dans le processus. Les sous-produits ou déchets d’un processus de production servent de matières premières à un autre processus de production.

De cette manière, les éléments biologiques (nutriments), dans la chaîne alimentaire par exemple, retournent dans l’environnement et les matériaux inadaptés à la biosphère sont valorisés en étant réutilisés, réparés ou recyclés.

Les bénéfices de l’économie circulaire dans notre alimentation

Outre la préservation des ressources et la gestion des déchets, l’économie circulaire permet aux producteurs de réduire considérablement leurs dépenses et leur dépendance vis-à-vis des matières premières. Elle accroît également leurs interactions avec le consommateur, qui n’est plus relégué en fin de chaîne, mais intégré aux processus de production. De plus, elle ouvre la voie à l’innovation et à la créativité. L’économie circulaire implique:

  • L’utilisation des sous-produits et des déchets alimentaires
  • Le recyclage des nutriments
  • Une réduction de la production de déchets
  • Des changements vers des pratiques alimentaires plus diversifiées et plus performantes

Par exemple, la coopérative “Le champignon de Bruxelles” en Belgique, utilise la drèche de la bière, c’est à dire les résidus de brassage, pour faire pousser des shiitakes. Le substrat sur lequel poussent les champignons est ensuite utilisé comme compost pour la culture d’orge, qui va ensuite servir à fabriquer de la bière. Et la boucle est bouclée!

Sources:
Jurgilevich, A. et al., Sustainability, 2016, vol. 8, no 1, p. 69.
Gallaud, D. et al., ISTE Editions, 2016.
Sauvé, S. et al., Centre interuniversitaire de recherche sur le cycle de vie des produits, procédés et services, 2016.