Livre blanc: l’alimentation végétale au cœur des enjeux planétaires

Pour la santé humaine et celle de la planète, toutes les données convergent et montrent que notre alimentation doit incontestablement évoluer pour être plus végétale. Toutes les explications dans le nouveau livre blanc de la Fondation Louis Bonduelle.

Pourquoi notre alimentation doit-elle incontestablement devenir plus végétale?
Toutes les réponses dans notre nouveau livre blanc, à télécharger ci-dessous!

Les enjeux concernant l’alimentation, la nutrition, la santé, l’environnement et le climat ont un dénominateur commun: l’alimentation végétale. Ainsi, à l’échelle mondiale, manger trop peu de céréales complètes, de fruits, de fruits à coque, de graines et de légumes figure, avec l’excès de sel, dans le top 5 des facteurs alimentaires qui diminuent nos années de vie en bonne santé.

Nous mangeons encore trop d’aliments riches en protéines d’origine animale, ce qui a un impact néfaste sur l’environnement et n’est pas une habitude alimentaire durable. Bien que la consommation de fruits et légumes ait augmenté ces dernières décennies (consultez notre monographie 2020 sur la consommation mondiale des aliments végétaux), elle reste inférieure aux recommandations de l’OMS dans la plupart des pays.

Découvrez ici nos articles sur les bienfaits des légumes

Le régime flexitarien: une alimentation plus végétale et équilibrée

Par alimentation végétale, on entend donc une alimentation comportant plus de végétaux, qui n’est pas nécessairement végétarienne. La commission EAT Lancet a défini l’assiette qui répond tant aux besoins nutritionnels qu’à la durabilité, pour nourrir 10 milliards de personnes en 2050.

Cette assiette idéale a une composante végétale abondante et variée, totalisant 850 g par jour:

  • céréales complètes,
  • légumes,
  • fruits,
  • légumineuses,
  • et fruits à coque.

Elle contient relativement peu de produits animaux, mais n’est pas nécessairement végétarienne. C’est donc un régime dit flexitarien qui est préconisé. Il consiste à réduire, sans la supprimer, sa consommation de viande, au profit de végétaux variés. Et il maintient le poisson et les produits laitiers en quantités modérées.

C’est aussi dans ce sens qu’évoluent les recommandations alimentaires dans différents pays, avec une incitation claire à manger plus de fruits et légumes, de légumineuses, de fruits à coque et graines, et à privilégier les céréales et produits céréaliers complets, aux céréales et produits céréaliers raffinés.

L’alimentation végétale sur le terrain

On sait ce qu’il faut faire, mais on ne sait pas comment le faire! C’est notamment le cas avec les légumes, toujours sous-consommés. Et quoi de mieux que de faire aimer les légumes aux enfants pour instaurer, de façon durable, des habitudes alimentaires saines? C’est ce à quoi s’attèle la Fondation Louis Bonduelle, en soutenant différents projets.

Ainsi, le programme de recherche EPICALIM (Étude sur l’alimentation menée au musée Epicurium) a montré notamment que les actions cumulant les activités culinaires et les enseignements nutritionnels augmentent la consommation de légumes lors des repas chez l’enfant. Ou encore, que des végétaux souvent boudés par les enfants, les légumineuses, sont plus appréciés après un atelier pratique de jardinage ou de cuisine…

Un livre blanc pour répondre aux enjeux planétaires

Dans ce livre blanc intitulé “L’alimentation végétale pour répondre aux enjeux planétaires”, nous analysons l’évolution de nos comportements vers une alimentation de plus en plus végétale.

Le document propose également une vue d’ensemble des recommandations internationales et de la consommation réelle de végétaux en Europe et en Amérique du Nord, ainsi qu’une projection du contenu de nos assiettes pour le futur.

Enfin, il tire les conclusions de travaux recherches de la Fondation Louis Bonduelle sur les méthodes les plus efficaces, pour augmenter durablement la consommation de légumes chez les enfants.

Au sommaire du livre blanc

PARTIE I: L’alimentation végétale au carrefour des enjeux planétaires

  1. Les enjeux nutrition et santé
  2. Les enjeux environnementaux et climatiques
  3. Malnutrition, dénutrition et changements climatiques sont également imbriqués
  4. Production alimentaire mondiale et besoins nutritionnels: ce qui ne va pas
  5. La consommation d’aliments végétaux

PARTIE II: L’alimentation végétale au cœur des recommandations

  1. Nourrir le monde durablement: mode d’emploi
  2. Comment intégrer ces aspects «durabilité» dans les recommandations?
  3. L’atteinte des objectifs alimentaires diffère selon les régions du globe
  4. Une alimentation saine et durable: recommandation de l’OMS
  5. Vers des systèmes alimentaires plus durables

PARTIE III: L’alimentation végétale sur le terrain

  1. Quelles actions pour quelle efficacité?
  2. EPICALIM: notre analyse des impacts réels des actions de prévention
  3. Prolonger la recherche avec nos actions de terrain

 

Fondation Louis Bonduelle, L’alimentation végétale pour répondre aux enjeux planétaires, 2020.