Lab-École : quand le Québec repense l’école

legumes-fruits-enfants-russie

Le Lab-École est une initiative québécoise qui vise à offrir un milieu favorisant les saines habitudes de vie et la réussite scolaire.

En novembre 2017, le Ministère de l’éducation et de l’enseignement supérieur du Québec lançait le Lab-École. À l’origine de cette initiative, on trouve toutefois trois personnalités de la société civile: Pierre Thibault, architecte, Pierre Lavoie, fondateur du Grand défi Pierre Lavoie et le chef Ricardo Larrivée, fortement impliqué dans la transmission de la cuisine auprès des jeunes. Leur objectif: recueillir des idées qui permettront de concevoir l’école de demain et de favoriser la réussite éducative.

Considérer les écoles comme un écosystème

Pour cela, le Lab-École explore trois axes complémentaires dont la combinaison permettra aux petits québécois de développer leur plein potentiel : l’environnement physique, les saines habitudes de vie (activité physiques et mieux-être) et l’alimentation. Chaque chantier thématique réunit des experts d’horizons variés. Ainsi, des professionnels de l’éducation, des chercheurs universitaires, des partenaires du milieu des affaires et de l’économie sociale côtoient des parents et des élèves. Dans chacun des domaines, leur rôle est de faire émerger les meilleures pratiques et de faire des propositions.

Au total, sept écoles ont été retenues à travers la province. Elles pourront ainsi expérimenter de nouvelles approches. Elles bénéficieront également de financement pour des travaux de rénovation ou de nouvelles constructions.

 

Repenser l’aménagement physique

85 % des écoles québécoises ont été construites avant 1975. À cette époque, peu de femmes travaillaient. Les enfants rentraient donc à la maison le midi. C’est pourquoi, aujourd’hui, les écoles qui disposent d’un espace repas convivial sont si rares au Québec. Et c’est devenu un véritable enjeu. Parce que ce sont désormais 70% des élèves qui prennent leur repas du midi à l’école.

Pour répondre à ce défi, et à de nombreux autres, de manière créative, le Lab-École lancera un concours d’architecture en février 2019. Une première depuis plus de 50 ans. Espace repas, cuisine, cafétéria, jardins potagers, serres, classes en milieu naturel… Les idées ne manquent pas pour créer ces écoles du futur.

 

Apprendre à bien manger et à cuisiner à l’école

Côté alimentation, l’ambition est d’amener les jeunes à développer leur autonomie culinaire. L’idée ici est de redonner du temps à l’alimentation à l’école. En effet, à partir des année 80 et pendant près de 20 ans, les adolescents québécois ont bénéficié du cours d’économie familiale. 25 heures étaient alors consacrées à l’alimentation. Mais en 2009, le Ministère de l’éducation a supprimé ce cours du programme scolaire pour laisser plus de place aux matières dites académiques comme le Français et les Mathématiques.

Le chantier Alimentation, piloté par Jean-François Archambault, directeur et fondateur de La Tablée des chefs*, a décidé d’adopter une vision large de l’alimentation. Une vision globale qui englobe les étapes « du champ à l’assiette ». Les membres travaillent ainsi sur des sujets variés comme la pratique de l’agriculture et la qualité des espaces destinés à la prise des repas en collaboration avec le chantier Environnement physique, la qualité de l’offre alimentaire et enfin, l’éducation alimentaire et culinaire.

 

Le projet Lab-École s’inscrit dans la Politique québécoise de la réussite éducative. Force est de constater que le gouvernement considère l’alimentation comme un pilier fondamental du développement, de l’apprentissage et de la réussite des jeunes.

 

* Organisme ayant pour mission de nourrir les personnes dans le besoin et de développer l’éducation culinaire des jeunes.

 

Ressources:

Lab-École