Des marchés mobiles pour lutter contre les déserts alimentaires

augmenter-consommation-legumes-europe

Un quartier de Montréal se dote d’un système alimentaire local incluant des marchés mobiles pour lutter contre les déserts alimentaires.

Déserts alimentaires en pleine ville

Selon une étude de la Direction régionale de santé publique de Montréal, 38% de la population n’a pas accès à des fruits et légumes frais dans un rayon de 500 mètres. 38% de la population vit donc dans ce qu’on qualifie de « déserts alimentaires ».

Or, il est maintenant bien établi que la qualité de l’environnement alimentaire a un impact direct sur la santé : un manque d’accès aux aliments sains comme les fruits et légumes constitue un déterminant majeur de problèmes de santé. L’enjeu est encore plus important quand on parle de population à faible revenu. À la rareté s’ajoute alors les difficultés financières qui font que les familles orientent leurs choix vers des produits le rapport coût / effet rassasiant est plus intéressant. Un rapport qui laisse naturellement en dehors de la liste d’épicerie les fruits et légumes frais.

Affiche marché mobile

Des marchés mobiles pour lutter contre les déserts alimentaires

Pour lutter contre le désert alimentaire du quartier, l’organisme Concertation Ville Émard-Côte St Paul a décidé d’adopter une approche intégrée. « Différentes actions ponctuelles éparpillées sur le territoire étaient déjà en place. Mais elles n’avaient pas vraiment de lien entre elles. Pour être plus efficaces, nous avons décidé de repenser le système alimentaire au complet » explique Assia Kada, coordinatrice générale de l’organisme.

L’organisme réfléchit alors à des actions qui combinent production, distribution, transformation et éducation alimentaires.

Aux jardins collectifs et jardins en bacs déjà fonctionnels s’ajoutent un projet de toit vert et de jardins verticaux pour l’épicerie citoyenne.

Des marchés mobiles voient également le jour aux quatre coins du quartier. « Nous les avons installés au plus proche de la population : à la sortie du métro Jolicoeur, au pied de la résidence HLM Montmagny, au coeur du projet de revitalisation urbaine “Opération Galt”… ». Les cinq marchés mobiles accueillent ainsi de 100 à 120 personnes une à deux fois par mois, tout au long de l’année. « Les citoyens peuvent y acheter des fruits et légumes frais provenant directement des producteurs locaux ou des produits que l’on achète aux grossistes et que l’on vend au prix d’achat ».

 

Côté éducation, toutes les occasions sont bonnes pour faire découvrir et adopter les fruits et légumes. « On organise des ateliers de cuisine, d’agriculture urbaine, des soirées documentaires. On propose également des dégustations de plats sur les marchés mobiles et on distribue les recettes ».


Le projet Fruits et légumes pour tous est l’un des lauréats de l’appel de projets de 100º “S’approvisionner autrement: fruits et légumes à l’année pour tous!”, conduit en partenariat avec la Fondation Louis Bonduelle.

100º est la référence en saines habitudes de vie au Québec.

 

Ressources

Concertation Ville Émard-Côte St Paul

Étude sur l’accès aux aliments santé à Montréal, 2010