Il n’est jamais trop tôt pour bien faire

jamais-trop-tot-pour-bien-faire

La Semaine européenne du développement durable encourage tous, individuellement et collectivement, à une mobilisation concrète pour une planète solidaire. L’édition 2022 a pour fil rouge « Une meilleure qualité de vie ». Parce que ce que nous faisons au quotidien compte pour ajouter de la qualité à nos vies et à transformer durablement les sociétés.

La Semaine européenne du développement durable (SEDD) aura lieu du 18 septembre au 8 octobre et vise à promouvoir la transition écologique à travers la valorisation d’actions locales et la sensibilisation du public au développement durable. La Fondation Louis Bonduelle répond avec enthousiasme et par des actions concrètes à cet appel depuis de nombreuses années. 

Petits et grands flexitariens

Cette année, la Fondation a choisi une action pour éveiller les consciences et les papilles des petits et grands. L’exercice porte à réinterpréter des grands classiques de la cuisine française en version flexitarienne et pour qu’ils continuent à plaire à tous. Un sacré défi que nos cuisiniers en herbe ont relevé avec brio et que nous vous ferons découvrir dans un instant.

Revenons d’abord sur nos habitudes alimentaires actuelles. Une diète végétarienne pour tous est sans doute souhaitable pour aider à mieux gérer les ressources de la planète. Mais, nos habitudes alimentaires et nos pratiques culinaires sont encore très éloignées de cet objectif, selon les résultats d’une étude, confiée à l’Ifop par FranceAgriMer. Un échantillon large et représentatif de la population française, 15000 personnes âgées de 15 à 70 ans, a ainsi été interrogé en 2020.

Les végétariens restent marginaux, mais le flexitarisme gagne du terrain. Seuls 2,2% des français excluent la viande de leur menu (pescetarien, végétarien ou végétalien), tandis que quasi un quart en limite volontiers la consommation (flexitariens).

Il y a une volonté, présente surtout chez les jeunes, à végétaliser leur alimentation. Tandis que la grande majorité des répondants, à savoir 85%, n’envisagent pas de changer de régime. L’attachement des Français à la viande est ancré et reste fort, mais leur rapport à la viande évolue. Ainsi, 68% des répondants estiment qu’on consomme trop de viande en France.

Manger un peu moins de viande, pour donner une plus grande place aux légumes dans nos assiettes, semble d’ores et déjà un objectif atteignable par tous. Voyons ce que nos jeunes chefs en pensent et comment ils peuvent nous inspirer.

Quatre grands classiques revisites

Le défi à relever consistait à ‘flexitariser’ des recettes issues de la tradition culinaire française et dont les enfants raffolent. Le jeu en valait la chandelle, parce que les gains se sont révélés multiples. Tout d’abord, une réduction de la quantité de viande ainsi qu’une augmentation substantielle des légumes ont été réalisées pour chaque recette. En prime, ce furent des expériences conviviales et intergénérationnelles, pimentées d’une créativité joyeuse et d’un éveil de tous les sens.

Laissez-vous tenter et vivez cette aventure haute en couleurs et saveurs. Découvrez un Parmentier qui fait la part belle aux légumes, des bouchées à la reine où les végétaux sont roi, une quiche Lorraine où les lardons deviennent facultatifs et une galette bretonne richement garnie, sans jambon. Nos jeunes chefs les commentent pour nous mettre en appétit et pour éveiller nos consciences. Une planète solidaire ne demande pas de changer nos habitudes du tout au tout, des assiettes un peu plus ‘flexi’ sont déjà un bon début.

 

DECOUVREZ LES RECETTES EN VIDEOS

Bouchées à la reine aux gnocchis et champignons

Crêpes de blé noir au potiron et chèvre

Quiche Lorraine aux épinards

Parmentier de légumes et de hachis « à la bolognaise »