La nourriture n’est pas un déchet

concilier-alimentation-environnement

J’aime manger, pas gaspiller, la première campagne nationale de lutte contre le gaspillage alimentaire au Canada.

Le Canada est un des champions du gaspillage alimentaire parmi les pays développés. Près de 50% de ce gaspillage* est attribuable aux consommateurs. Le Conseil national zéro déchet du Canada a décidé d’agir. Il a lancé en juillet 2018 la campagne J’aime manger, pas gaspiller pour inciter les canadiens à changer leurs comportements alimentaires.

Près de la moitié de la nourriture jetée sont des fruits et des légumes

Selon le Conseil national zéro déchet, les ménages canadiens jettent en moyenne 140 kg de nourriture, soit 1100$ par an. À l’échelle du pays, les canadiens jettent près de 2,2 millions de tonnes d’aliments comestibles chaque année. Une perte qui est estimée à plus de 17 milliards de dollars.

Tous les types d’aliments sont présents dans la boîte à compost ou la poubelle. Mais les aliments les plus jetés en termes de poids sont les légumes (30%), les fruits (15%), les restes de table (13%), le pain et les pâtisseries (9%) et les produits laitiers et les œufs (7%). Conclusion: les canadiens gaspillent souvent de bons aliments parce qu’ils en achètent trop et ne savent pas les conserver correctement.

finir-gaspillage-alimentaire-1

Apprendre à moins gaspiller

La campagne J’aime manger, pas gaspiller est inspirée de la « Love Food Hate Waste » lancée au Royaume-Uni en 2007. En seulement cinq ans, cette initiative a permis de réduire le gaspillage alimentaire de 21 % et d’économiser 13 milliards de livres sterling (22 milliards de dollars canadiens).

Le message est simple: apprenez à conserver adéquatement les aliments pour qu’ils restent frais plus longtemps, à utiliser tous les aliments achetés en étant créatifs dans la cuisine et à planifier les repas.

Pour passer à l’action, les canadiens disposent d’un site web qui regorge d’astuces et de conseils pratiques. Le Guide antigaspillage explique comment préserver la fraîcheur des fruits et légumes. Par exemple, on y apprend qu’il suffit de faire tremper les légumes fanés dans l’eau glacée pendant 5 à 10 minutes pour les revigorer. Des guides sur la déshydratation, la congélation, la mise en conserve et la planification des repas sont également offerts. Enfin, des recettes « restes du frigo » donnent des idées pour utiliser des aliments qui sinon seraient jetés.

 

L’étiquetage alimentaire à revoir

Selon le Conseil national zéro déchet, l’étiquetage alimentaire actuel contribue également au gaspillage alimentaire. D’ailleurs, une récente étude conduite au Québec montre que pour près de 30% des consommateurs québécois, la mention «meilleur avant» est ce qui les incite le plus à jeter la nourriture.

Le Conseil national zéro déchet préconise donc une réforme des lois sur l’étiquetage alimentaire pour diminuer la confusion. Des formules telles que «consommer avant», «congeler avant» ou «meilleur goût avant» aideraient les consommateurs à y voir plus clair. Ce changement permettrait de réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2030 estime-t-il.

 

Durant les consultations menées par le gouvernement canadien en 2017 en vue de l’élaboration de la Politique alimentaire pour le Canada, la question du gaspillage alimentaire est apparue comme une priorité pour les citoyens. De nouvelles initiatives devraient donc voir le jour prochainement.

 

*En termes de valeurs.

 

Ressources

J’aime manger, pas gaspiller Canada

Étude sur le gaspillage alimentaire conduite par le magazine Protégez-vous en  collaboration avec le Centre de recherche Organisations, Sociétés et Environnement (OSE) de l’UQAM, la Chaire de recherche UQAM sur la transition écologique et La Transformerie (Septembre 2018)