Contexte de Légumes 2000

Même s’ils ont conscience que ce n’est pas bon pour la santé, l’alimentation des étudiants manque souvent de diversité. La Fondation Louis Bonduelle s’est demandée comment faire évoluer leur comportement alimentaire et remettre les légumes au cœur de leur alimentation. “On est au courant des bienfaits des légumes, mais on n’a pas le réflexe d’en consommer. Ce qu’il faut trouver c’est le truc qui va nous faire franchir le pas.” Ces propos tenus par Brice, étudiant à Paris, quelques semaines avant l’opération Légumes 2000, résument bien l’attitude des étudiants face aux légumes. Les jeunes en ont marre des messages moralisateurs de type « fais ceci, fais pas ça… ». Ils savent que les légumes, c’est bon pour la santé et plein de bienfaits. Cependant ils ne changent pas pour autant leurs habitudes alimentaires. Il s’agit donc plus de faire évoluer les comportements que les mentalités.

Dans ce contexte, la volonté de la Fondation en France a été de remettre le légume dans le quotidien des étudiants :

  • en étant présent directement sur leur lieu de consommation
  • en leur donnant des motivations, et des conseils de consommation et de préparation adaptés à leur mode de vie
  • en délivrant un message volontairement éloigné des discours didactiques
  • en adoptant un ton humoristique, décalé, emprunté aux années seventies

Dispositif

Un dispositif complet, qui a permis une animation vivante, originale et adaptée à la cible :

A) Animation dans 10 restaurants universitaires français à Bordeaux – Lyon – Rennes – Paris – Lille : 16 000 étudiants ont participé à l’opération

B) 1 apéro légume au sein de chaque restaurant avec des corbeilles de légumes prêts à consommer

C) 1 diaporama et diffusion de pochettes contenant 7 fiches pratiques : Chacune de ces fiches, traitée de manière volontairement décalée, reprend une situation de la vie quotidienne des étudiants. Le légume y est présenté à chaque fois comme une solution simple et efficace. Ex : la salade de concombre à la menthe et au citron pour avoir une haleine fraîche pour “assurer en situation de séduction”.

D) 1 site Internet pour faire vivre Légumes 2000 au-delà des animations dans les restaurants, avec des goodies originaux et décalés :

  • un mix-légumes pour créer “des chansons jeunes au rythme d’aujourd’hui”,
  • des transferts de T-shirt,
  • des e-diapositives à envoyer,
  • un jeu-concours avec une cuisine compacte à gagner,
  • des idées-recettes…

Résultats

La Fondation a réussi son pari : capter l’attention des étudiants et modifier leurs comportements alimentaires. Pour mesurer l’efficacité de l’opération et connaître les comportements alimentaires des étudiants, la Fondation Louis Bonduelle a mené une étude auprès de 340 étudiants.

Cette étude montre que :

Les étudiants sont persuadés de consommer suffisamment de légumes (58,2% tous les jours). Les légumes pris en compte ici incluent la feuille de salade et la rondelle de tomate qui viennent décorer une assiette de frites, un sandwich et autres plats du même style. En réalité, les jeunes consomment trop peu de légumes. Selon une étude, réalisée en 2002 par l’INCA (Individuelle Nationale sur les Consommations Alimentaires) seulement 1,6 % des hommes entre 15 et 25 ans et 2 % des jeunes femmes du même âge consomment au moins les 5 fruits et légumes par jour recommandés par le PNNS (Programme National de Nutrition Santé).

Ils ont du mal à identifier les freins à une plus grande consommation de légume : 54% les jugent trop chers, 40% trouvent ça long à cuisiner, 28% ne savent pas les préparer.

Les résultats démontrent l’efficacité de l’action :

1) Au moment de l’action :

L’animation a permis de donner une meilleure image des légumes aux étudiants en particulier aux faibles mangeurs : 55% ont envie d’en consommer grâce à l’opération. Elle a apporté des solutions :

  • parmi les 31,2 % d’étudiants, qui déclarent ne pas manger de légumes plus souvent car ils n’en ont pas envie, 58 % ont envie d’en manger plus suite à l’animation.
  • parmi les 28,8 % d’étudiants, qui déclarent ne pas manger de légumes plus souvent car ils ne savent pas les préparer, 82 % ont jugé l’animation adaptée à leurs attentes et 88 % l’ont trouvée instructive elle a donné envie de manger des légumes, à 61,3% des étudiants, dans les jours suivant l’opération.

B) 3 semaines après l’action :

Une deuxième étude a été réalisée 3 semaines après l’opération pour mesurer l’efficacité de l’action à moyen terme et analyser l’incidence des moyens mis en œuvre sur la modification de comportement vis-à-vis des légumes. Les perspectives de changement de consommation entrevues à la suite du premier sondage sont confirmées :

  • L’animation a donné envie à 50 % des  étudiants de consommer des légumes.
  • 36 % d’entre eux déclarent avoir concrétisé cette envie en consommant plus de légumes durant les repas (pour 48%) et en apéro (pour 27%).
  • Les idées recettes et l’apéro légumes ont beaucoup plu aux étudiants.  les deux tiers des étudiants ont gardé la brochure. 50 % des étudiants ont montré la brochure à des amis.

Conclusion

Avec un discours adapté tout au long de l’opération Légumes 2000, la Fondation a réussi à capter l’attention d’un public réputé peu concerné par les problèmes alimentaires. À partir de moyens simples et reproductibles, 36 % des étudiants touchés par l’opération ont évolué dans leurs comportements vis-à-vis du légume. Le succès de cette opération a également été reconnu par les professionnels puisque la Fondation Louis Bonduelle, associée à l’agence Expertease a remporté le prix Stratégies / La Poste 2005 dans la catégorie “grande consommation alimentaire, secteur B to C”.